Vivre et laisser médire by Mary Ann

Orlando et Dom transportrent Elijah dans la voiture, puis ils rentrrent. Orlando sortit pour acheter de quoi faire un bon petit plat pour l'clop et ainsi se faire pardonner : une tartiflette gante. Il passa ainsi sa fin d'aprs-midi dans la cuisine, un tablier nou autour de la taille, prparer un vritable festin.

Aprs un repas pantagrulique, Billy dit, l'air innocent :

" - Bon, on sort ce soir ? "

Il y eut un long silence, puis Elijah, dont la jambe reposait sur un gros coussin moelleux, dit d'une petite voix :

" - Allez-y les gars, je ne suis plus un gamin.

- Tu es sr ?

- Mais oui. Vous n'allez pas rester l faire des Scrabble alors que vous mourrez tous d'envie d'aller vous saouler au vin chaud... Allez-y ! "

Dom se leva et, bouriffant la chevelure brune de son ami, il dit :

" - t'es le meilleur Lij' ! " Billy fit de mme et lana :

" - Ouais, t'es un sacr Hobbit au grand cur... "

Orlando se contenta de sourire faiblement en dbarrassant la table.

Une heure plus tard, les trois "valides" sortaient, pantalon noir dlavs, chemises repasses sur le dos, les cheveux pleins de gel. Ils salurent la vaillant hobbit qui s'tait install sur le canap du salon, la jambe en l'air, devant une mission de varit.

Lorsque la porte claqua, et qu'Elijah se retrouva vraiment seul, il se maudit lui-mme.

Je suis un imbcile ! J'aurais tout de mme pu faire attention et le voir ce sapin. Il tait en plein milieu en plus... Et me voil clou sur un canap, la patte en l'air, condamn regarder ces dbilits la tl alors que j'aurai pu passer du bon temps avec LUI...

je suis nul... j'ai tout fait rater...

je suis un abruti...


Le jeune homme se retourna brusquement. Il avait entendu la porte d'entre claquer. Soudain, un Orlando tout penaud apparut dans l'encadrement de la porte...

" - Qu'est ce que tu fais l ?

- J'avais trop envie de te mettre la pte au Scrabble, alors je suis rest... "

Elijah le regarda un instant, incrdule, avant d'clater de rire. Il fut bientt rejoint par Orly qui vint s'asseoir prs de lui sur le canap.

" - Et puis, j'avais envie de passer une soire seul avec toi. "

Elijah cessa de rire. Il plongea son regard dans celui d'Orlando et dit :

" - Tu ne dois pas te sentir coupable, je ne t'en veux pas... fais moi une faveur, va les rejoindre et passe une bonne soire.

- Non, toi, fais-moi une faveur.

- Laquelle ?

- Tais-toi ! "

Orlando se pencha et posa ses lvres sur celles de l'clop bavard. Ce dernier, surpris mais heureux, ferma les yeux et se laissa transporter par le baiser enivrant que lui offrait son ami. Orlando se dtacha de lui aprs quelques secondes, il pris les mains d'Elijah dans les siennes et le regarda, sans parler. Lij' dit :

" - Soit, je me tais, mais seulement si tu recommences... " Orlando eut un soupir de satisfaction, il sourit et ne put que s'excuter tant le regard transparent de son ami se faisait intense et doux.

Il l'embrassa de nouveau, avec plus de vigueur cette fois-ci, plus de passion, de chaleur, mais toujours autant d'amour. Elijah posa ses mains sur les paules fines de l'homme qu'il aimait et l'attira contre lui. Il sentit leurs deux curs s'emballer et battre au mme rythme. Orlando, sentant les mains d'Elijah caresser son cou, sentant son corps se blottir contre le sien, approfondit son baiser et serra son nouvel amant encore plus fort dans ses bras.

Lorsqu'ils n'eurent bientt plus d'air pour respirer, ils se dtachrent l'un de l'autre. Elijah dit seulement, la voix enroue par l'motion :

" - je suis dsol Orly, j'aurais d t'en parler plus tt. j'avais trop peur des autres...

- L'important, c'est que nous soyons tous les deux... Peut importe ce que les autres pensent. Regarde Dom et Billy...

- Oui. Tu as raison. "

Il pris les mains tremblantes d'Orlando dans les siennes nouveau et dit, en le regardant dans les yeux :

" - Vivre et laisser mdire... "

Orlando ferma les yeux quelques secondes pour pouvoir imprimer cette phrase dans son cur. Lorsqu'il les rouvrit, Il vit que les grands yeux bleus du Hobbit taient fixs sur leurs mains enlaces. Il murmura :

" - Je t'aime Elijah Wood.

- Et je t'aime encore plus, Orlando Bloom. "

Ils restrent de longues minutes ainsi, les yeux dans les yeux, les mains enlaces, leurs curs battant l'unisson, bref, heureux...

Ce fut Orlando qui sortit le premier de leur tat de batitude totale :

" - Bon, et cette partie de Scrabble, on la joue ? ! "

C'est ainsi que Dom et Billy les trouvrent, sagement assis l'un en face de l'autre, concentrs sur leur jeu. Dom souffla Billy :

" - Ces deux-l m'exasprent... crois-tu qu'ils finiront un jour par s'avouer leur amour. - Mon pauvre Dom, tu crois sincrement qu'on t'a attendu pour a ? Qu'on a pass la soire jouer au Scrabble ? "

Lana Elijah sans mme lever le nez de ses lettres. Dom jeta un regard ahuri Orlando qui lui sourit, moqueur, puis il regarda Billy qui haussa les paules et dit seulement :

" - Et bien il vous en aura fallu du temps pour comprendre qu'amour ne rimait pas forcment avec blondinette forte... enfin vous voyez ce que je veux dire.

- On voit Billy, merci pour les prcisions... "

Le Billy en question eut un grand sourire et dit Dom :

" - Bon, et bien allons donc nous coucher, je crois que ces jeunes personnes n'ont pas besoin de nous... "

Il entrana Dominic, qui, la bouche entrouverte, ne s'en remettait toujours pas, vers leur chambre. Elijah clata de rire et chuchota, pour ne pas que les deux autres entendent :

" - je crois qu'on va bien s'amuser finalement.

- Ca ne fait pas de doute...

- Dis, tu crois qu'au retour, ils nous laisseront les toilettes dans l'avion ?... "


FIN
You must login (register) to review.