Vivre et laisser médire by Mary Ann
Summary: Quatre amis au ski, un couple, un Dieu du snowboard, un amour inavoué, une jambe cassée... Un amour avoué.
Categories: RPS, RPS > Elijah Wood/Orlando Bloom, RPS > Orlando Bloom/Elijah Wood Characters: Elijah Wood, Orlando Bloom
Type: Foreign Language
Warning: None
Challenges: None
Series: None
Chapters: 3 Completed: Yes Word count: 4489 Read: 4714 Published: May 10, 2008 Updated: May 10, 2008
Story Notes:
Alors on prend les même et on recommence... Pour mon petit Drago adoré. Cette histoire est pour toi, avec toute mon amitié (et aussi un gros Tog... )
Warning : French fanfiction. Thank you Marie to let french writters be on such a World-Famous website that the Library of Moria; it's an honor! ^_^
1 : LE VOYAGE. by Mary Ann
Author's Notes:
Disclaimer Ceci est une RPS, elle met en scène deux personnages réels. Rien de ce qui est raconté n'est arrivé. C'est juste une histoire...
Live and let say
Vivre et laisser mdire

1 : LE VOYAGE.

L.A., (Californie) 10h30, appartement d'Elijah Wood

Orlando se gara devant la petite maison blanche dont l'entre tait dissimule par de grands pins parasols. Il sortit de la voiture et alla sonner au portail. Le vidophone s'enclencha et la tte d'Elijah apparut, dcoiffe et visiblement fatigue :

" - Entre Orly, je ne suis pas prt. "

Le Portail mit un grincement strident, puis s'ouvrit sur un coquet petit jardin fleuri bord d'paisses haies. Orlando entra, admirant le parfait gazon japonais qui entourait la piscine de pierre remplie d'une eau limpide. Orlando sourit : Ce jardin, dont on devait s'occuper avec une maniaquerie et une minutie agaante pour qu'il soit si beau, tait totalement l'oppos du personnage d'Elijah, toujours en retard, dbraill et bordlique...

Et l'intrieur de la villa tait encore plus surprenant. Tout tait blanc, propre, tincelant, immacul. Orlando faillit d'ailleurs prendre la vitre de la salle de sjour dans la tte tant elle tait transparente et sans la moindre trace de doigts. Le jeune homme se sentit presque de trop. Il s'assit sagement sur l'un des tabourets du bar de marbre, et attendit qu'Elijah, ternel retardataire, soit prt dcoller. Il ne put s'empcher d'entendre des clats de vois venant de l'tage. Son ami tait priori en pleine dispute avec sa petite amie Lucy. Il n'tait pas du genre commre mais Lucy ayant un timbre de voix assez"froce ", il ne put s'empcher d'couter.

" - J'en ai marre Elijah ! Je suis ta petite amie. Pas ta femme de mnage personnelle ! Tu n'es jamais l, je suis seule toute la journe attendre dsesprment que tu veuilles bien te donner la peine de m'appeler, et les rares fois o cela arrive, tu fais la tte, tu es lointain, j'ai l'impression que tu as une petite amie uniquement pour te repasser tes chemises et tes caleons, te faire manger, et accessoirement, pour faire l'amour ! "

Orlando, tout seul dans le salon immacul, vira au rouge vif tant il tait gn d'tre ml cette histoire... Il sentait ses joues et ses oreilles chauffer.

" - Est-ce que c'est cela que je sers ? A faire tapisserie ?

- Lucy, s'il te plat...

- Non, pas s'il te plat. Si tu n'es pas heureux avec moi, il suffit de me le dire, je m'en vais.

- Ce n'est pas a...

- Si, c'est a. Mais dis-toi bien une chose Elijah, je suis peut-tre assez bte pour avoir supporter tes humeurs pendant si longtemps, mais je suis lucide : Tu l'aime !

- Lucy !

- Je n'y peux rien si tu as trop peur de tout lui avouer ton amour. Et je n'y suis pour rien non plus si je ne suis pas LUI. "

Orlando faillit tomber de son tabouret en entendant cela. Avait-il bien entendu ? Ou bien Lucy avait-elle mal prononc ?

" - On aurait pu essayer Elijah. Ca aurait peut-tre pu marcher. Mais tu n'as fait aucun effort pour a. Et la seule fois o on pouvait passer un peu de temps ensemble, tu te dbrouilles pour partir. Avec LUI. "

Il avait bien entendu... Elijah aimait un homme...

" - Allez, vas-y, vas LE rejoindre... Tu vas rater ton avion. "

Les souffrances d'Orlando prirent fin lorsque enfin, des bruits de pas rsonnrent dans les escaliers, et que Lucy, suivit d'un Elijah tout penaud, descendirent dans le sjour. La jeune femme blonde n'eut pas un sourire pour Orlando qui avait saut de son tabouret, trop heureux qu'on s'occupe de lui. Elle lui tendit le gros sac de voyage et dit, d'un ton sarcastique :

" - Tiens Orlando, je te passe le relais. "

Puis tourna les talons, et elle sortit en claquant la porte. Elijah avait vir au rouge pivoine alors qu'Orlando stagnait un peu au niveau de l'carlate. Tout ceci, sur un fond plus blanc que blanc... Finalement, Elijah attrapa son sac et dit :

" - Il faut que je prenne mes skis, je te rejoins la voiture. "




Le trajet jusqu' l'aroport fut long. Trs long et silencieux. Orlando tait trs mal l'aise mais nourrissait un espoir secret... S'il avait bien entendu ? Si c'tait vrai ? Les deux semaines de ski qu'ils allaient passer entre amis s'annonaient palpitantes... Finalement, ce fut Elijah qui meubla le premier le silence :

" - Ecoute Orly... je suis dsol.

- Aucun problme Lij'. Tu n'as pas t'excuser.

- Lucy est un peu cran en ce moment, mais a va passer.

- Bien sr. Et puis ces quelques jours d'loignement ne pourront que vous faire du bien tous les deux.

- Oui... "

Il eut un long soupir dsol. Oui, il esprait de toutes ses forces que ces quelques jours de ski lui fasse du bien. Et il esprait aussi qu'il trouverait le courage de LUI parler...

" - Dom et Billy nous rejoignent ?

- Oui, ils avaient d'abord... deux ou trois petites choses faire. " Orlando sourit Elijah en lui lanant un regard vocateur.

- Ces deux l me dsesprent, ils ne pensent qu' baiser...

- Oh ! Lij' fais le coup du jeune homme prude un autre... "

Tous deux clatrent de rire. Les vacances commenaient bien.




Aroport de International de Los Angeles, heure plus tard

Les passagers pour le vol destination de Salt Lake City sont pris de se rendre immdiatement au quai d'embarquement 14. Dpart du vol dans 5 minutes.

" - Bon sang, mais qu'est ce qu'ils fichent. Ils vont nous faire rater l'avion !

- Du calme Lij', les voil ! "

A l'autre bout de l'aroport, Dom et Billy, les bras chargs de bagages plus encombrants les uns que les autres couraient comme des drats vers leurs compagnons. Arriv devant Elijah, Dom lcha tout son bardas, et levant les bras en l'air en signe de contentement, hurla :

" - Elijah Wood ! "

Il le prit dans ses bras pendant qu'Orlando et Billy faisaient de mme. Tout l'aroport les regardait. Orlando s'en rendit compte et dit :

" - Si vous prfrez le bain de foule aux vacances la neige, c'est plutt bien parti... "

Tous prirent leurs sacs et se rurent vers la porte d'embarquement 14. Billy hurla Elijah qui les suivait en bon dernier :

" - Allez, bouge tes jolies petites fesses Frodo Baggins, sinon tu vas nous faire rater l'avion ! !

- Quelle mauvaise foi ! " grommela le hobbit en question...




Vol L.A. - Salt Lake City

Dominic et Billy souffrant d'un mal de l'air abominable qui les obligeait passer le vol dans les toilettes, nus (ben quoi ?), Elijah et Orlando s'taient retrouvs seuls, cte cte. Orly lisait un journal hautement intellectuel que l'htesse lui avait apport. Il clata de rire.

" - Qu'est ce qu'il y a d'aussi drle ?

- Je sors avec Liv !

- P... pardon ?

- Oui ! Regarde, c'est ce que dit le magasine :

"Liv Tyler et Orlando Bloom : romance dans la cit des anges perdus. " On nage en plein lyrisme ! Oh ! Et regarde, il y a une superbe photo, pas floue du tout, du couple de l'anne... "

Il lui tendit le torchon en riant.

" - Mon Dieu, s'ils savaient ! On a beau leur dire que nous ne sommes qu'amis, mais ds que deux personnes de sexes opposs s'entendent bien, ils sont forcment en couple...

- De sexes opposs, oui... Enfin tu me diras, il y en a qui s'arrangent pour droger la rgle en oubliant la clause du sexe oppos "

Ils se lancrent un regard moqueur. Orlando tait soulag d'avoir retrouv le Elijah qu'il connaissait, toujours prt blaguer et faire le clown. Car la perspective de passer des vacances seul avec Dom et Billy l'aurait laiss, comment dire, perplexe...

Le vol fut relativement agrable : Epuis moralement par ses incessantes disputes avec Lucy, Elijah finit par s'endormir. Sa tte glissa peu peu sur l'paule d'Orlando qui frmit. Oh mon Dieu... il s'est endormi sur mon paule ! Pourvu qu'il ne se rveille pas, pourvu que ce ne soit pas une pure concidence. Pourvu que les deux autres n'arrivent pas maintenant...

Ses vux furent exaucs, et il put rester seul avec Elijah la tte contre son paule et son cou. Il ferma les yeux et, berc par le rythme cardiaque tranquille de son ami, finit par s'endormir lui aussi, appuyant sa tte contre celle d'Elijah. Ses rves furent agits, il y avait Lij'... Juste Lij' et lui, seuls, librs de leur lourd secret.

" - Alors la compagnie, on se fait des petits clins en douce ? ! "

Les deux dormeurs s'veillrent en sursaut. Dom et Billy les avaient rejoint. Ils s'taient rhabills. Orlando voulut passer sa main dans ses cheveux, mais il se rendit compte que dans son sommeil, elle s'tait enlace celle d'Elijah. Tous deux, les yeux grands ouverts, le visage ahuri par ce rveil sans douceur, regardrent fixement leurs mains pendant une demi-seconde, puis les retirrent aussi sec, en devenant rouges. Trs rouges. Orlando dit seulement, avec humeur :

" - Et vous, le mal de l'air est pass ou ce sont vos rserves naturelles qui s'essoufflent ? "

Tous clatrent de rire, sauf Elijah qui tait toujours aussi mal l'aise et qui fixait sa main coupable avec insistance. A cet instant, la voix d'une htesse rsonna :

" - Mesdames et messieurs, l'appareil va bientt se poser l'aroport international de Salt Lake City. Veuillez rejoindre vos siges et attacher vos ceintures pour l'atterrissage. Nous esprons que vous avez effectuez un agrable voyage et que nous vous reverrons bientt sur nos lignes. La temprature extrieure est de –10 degrs, il fait un grand soleil. "
This story archived at http://www.libraryofmoria.com/a/viewstory.php?sid=236